Anaïs Pomeline

Welcome

2. Azur

La mort m’attire. Elle me fascine, moi, tout de pastel vêtue, la douceur en leitmotiv et l’or-indigo à la Klein en perpétuelle ligne de mire .
La mort, cette noirceur de l’imaginaire commun à laquelle je ne l’associe pas de go. La mort, le repos. La mort, le point d’une histoire qui doit finir pour que l’on s’extasie d’un “Ouf” de soulagement. La mort comme l’issue forcée mais l’issue tout de même que l’on emprunte en songe, embourbé dans un chemin qui ne se dessine plus.
La mort de mes songes est peut-être celle de la vie tranquille à laquelle j’aspire : la mort de mon chahut intérieur brut pour naître dans un calme apaisé, la mer Méditerranée sans un soupçon de vent.
Elle scintille

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

PHP Code Snippets Powered By : XYZScripts.com